Aller au contenu principal

« Ce qui est vital : stopper la guerre des prix »

Jean-Philippe Girard, président de l'Ania. © DR

Les Marchés Hebdo : Qu’attendez-vous de ces états généraux de l’alimentation ?

Jean-Philippe Girard : Ce qui est vital pour nos agriculteurs et nos entreprises c’est de faire stopper la guerre des prix, qui entraîne une destruction de valeur de plus de 1 milliard d’euros chaque année. Il faut que nous trouvions des solutions pour recréer de la valeur auprès de chaque acteur de la filière. Nos entreprises sont résilientes, mais elles manquent d’oxygène aujourd’hui. Il nous paraît important également de restaurer de la confiance, entre notre amont et notre aval d’une part, et entre ceux qui produisent et les consommateurs, d’autre part.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Les acteurs de l'agroalimentaire
La répartition de la valeur, priorité des états généraux

Les états généraux de l’alimentation débuteront « début juillet », sous le pilotage du…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Stéphane Travert prépare les Etats généraux de l’alimentation

Le nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a entamé hier une série d’entretiens…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Etats généraux : Un élargissement à l’environnement est demandé   

La première fédération environnementale de France a lancé mercredi un appel…

Dossiers
#EG Alim : ambitions et mode d’emploi

« Les états généraux de l’alimentation reverront le partage de la valeur dans le modèle…