Aller au contenu principal

Ce que la contractualisation inversée peut changer

© DR

Les agriculteurs ou leurs organisations commerciales (OP ou associations d’OP quand il y a transfert de propriété) établiront les contrats de vente de leurs produits, selon le projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable ». Faire de l’agriculteur le contractant change la donne dans le secteur où cet acte revient traditionnellement à l’industriel transformateur ou au négociant. Pour autant, « c’est conforme au principe du Code du commerce », souligne l’avocate en droit de la concurrence et de la distribution Valérie Ledoux, associée au cabinet en droit des affaires Racine. Ce que l’on appelle déjà « la contractualisation inversée » n’est donc qu’un alignement sur le droit commun.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Réglementation
États généraux de l’alimentation : quelle contractualisation ?

S’il n’appartient pas au juriste d’apporter son point de vue sur la vision de l’agriculture et…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Les députés adoptent une nouvelle forme de contractualisation

Après de longs débats, les députés ont adopté cette nuit le premier article du projet de loi…

Dossiers, Bio
Les règles du bio bientôt harmonisées au niveau européen

Après plus de trois ans de négociation entre États membres, un nouveau règlement européen bio a…

Produits laitiers
Le « paquet lait » pourrait s’appliquer après 2020

La Commission européenne a publié aujourd’hui le second rapport sur la mise en œuvre du « paquet…