Aller au contenu principal
PDT : de faibles transaction

À l’approche des fêtes de fin d’année, le négoce de la pomme de terre est apparu très calme ces derniers jours dans tous les secteurs d’activité (frais, export, transformation).

Légumes : une période peu propice aux ventes

Légumes : Le marché s’est ralenti à l’approche des fêtes de fin d’année pour la plupart des légumes d’hiver. Le consommateur est en effet positionné sur les produits festifs.

Rungis : les légumes de saison marquent le pas

Hier à Rungis, le ralentissement de la demande en chou fleur a entraîné un réajustement des cours à la baisse. La tendance est la même en brocolis.

Légumes : des marchés diversement orientés

Légumes : En dépit d’une offre plus étoffée (690 000 têtes hier), les prix du chou-fleur se sont raffermis, soutenus par de meilleurs départs hors Hexagone.

Temps doux peu favorable aux produits de saison

Légumes : Le redoux et la pluie provoquent une reprise des volumes du chou-fleur breton (690 000 têtes).

Oignon : petit courant d’affaire

Le marché français reste pénalisé par une offre de qualité très hétérogène, nécessitant un gros travail de tri.

Pommes de terre : un marché très calme

La demande est restée très limitée sur le marché du frais, ainsi qu'à l'export. L’absence de la Russie, notamment, continue de peser sur la tendance export.

Échalote : légèrement plus actif

Les cours bretons affichent une petite flexibilité. Pour autant, la filière a tendance à s'activer un peu, notamment au niveau des expéditions, pour fournir les commandes de fin d'année.

Fruits et légumes : une consommation limitée

Légumes : Le marché de la tomate et surtout celui du melon sont restés lourds la semaine dernière, faute de consommation.

Rungis : un marché correct, sans plus

Hier à Rungis, la demande en concombre était plus réservée et les cours se tassaient.