Aller au contenu principal

Broutards : marché plus lourd au second semestre ?

Bovins : A cette période de l’année, le commerce est au ralenti, ni les éleveurs ni les négociants ne sont présents sur les marchés en vif et le férié de demain qui complique la logistique achève les dernières velléités commerciales. Les esprits sont d’ores et déjà tournés vers le second semestre, qui se profile peut-être un peu différemment de la première partie de l’année, où l’offre ne couvrait pas aisément les besoins, ce qui a permis aux prix de grimper. Au contraire, les sorties sont attendues plus importantes à partir de novembre et si la France ne récupère pas des marchés vers les pays tiers, il est possible que ce regain de disponibilités fasse pression sur les prix.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Viandes
Agneau : hausse saisonnière de la présence britannique

Ovins : L’heure est au regain d’intérêt pour la viande ovine britannique, comme…

Viandes
Petit vent de fermeté sur les marchés en vif

Gros bovins : Nouvelle semaine de perturbations logistiques pour les…

Viandes
Gros bovins : commerce fluide, prix fermes

Gros bovins : Le marché des gros bovins finis commence la semaine sur une note…

Viandes
Petit veau : regain des perturbations liées à la FCO

Veaux : Le début de semaine est marqué par le retour de la FCO dans certains…