Aller au contenu principal

Beurre : une demande européenne plus calme

© Stéphane LEITENBERGER

Les prix de beurre continuent de jouer au yo-yo dans un marché assez indécis. Certes les disponibilités en matières grasses sont mesurées et les prix de la crème restent élevés, mais la demande européenne donne quelques signes d’essoufflement, comme en Allemagne où les prix élevés au consommateur limitent les ventes. Les stocks européens seraient d’ailleurs plus larges que prévu, selon Dairy Globe. Par ailleurs, l’écart de prix entre l’Union européenne et la Nouvelle-Zélande est tel que du beurre néo-zélandais a repris le chemin de l’Union, une première depuis plusieurs années, mais les volumes concernés demeuraient très limités.

Par ailleurs, au premier semestre, les importations françaises de beurre européen ont augmenté de 4 % par rapport à l’an dernier, à 87 856 tonnes, selon la Commission européenne. La France est ainsi le deuxième importateur de beurre en Europe, et n’en est que le septième exportateur vers les autres états membres, à 18 681 t (+7 %). Vers les pays tiers, la France a exporté 19 373 t de beurre en cumul de janvier à juillet, dont 3 173 t vers son premier client, la Chine, 1 434 t vers Singapour et 1 259 t vers Taïwan. L’Hexagone est ainsi le premier exportateur de beurre de l’UE vers les pays tiers, devant l’Irlande (18 734 t), dont les deux tiers de la production partent aux États-Unis.


En relation

Produits laitiers
Chine : bond des achats de produits laitiers de 37 % en valeur en 2017

Les achats chinois de produits laitiers ont bondi de 37 % en valeur en 2017 par rapport à 2016,…

Produits laitiers
[Infographie] Produits laitiers : hausse des exportations européennes

Sur les deux premiers mois de l’année, les exportations européennes de produits laitiers ont…

Produits laitiers
Poudre 0 % : le marché reste lourd, des opérateurs inquiets

Le marché français de la poudre de lait écrémé réussissait péniblement à s’éloigner de son plus…

Produits laitiers
Poudre de lait : l’impossible reprise ?

Pas de miracle sur le marché européen de la poudre de lait écrémé cet été.