Aller au contenu principal

AOP laitières : « continuer à enrichir nos pratiques »

Michel Lacoste, président du Conseil national des appellations d’origine laitière. © C. Jahnich/Apap

« Aujourd’hui, la préoccupation majeure des Français, c’est de savoir si les vaches sortent, si elles ont accès à un pâturage, car là, ça veut dire moins de stress, une alimentation saine et naturelle et à la fin, un bon produit. » Voilà une nouvelle attente sociétale dont les filières laitières vont devoir tenir compte, selon Véronique Pardo et Noëlle Paolo, de l’observatoire Cniel des habitudes alimentaires (Ocha), intervenant fin septembre à l’assemblée générale du Conseil national des appellations d’origine laitières (Cnaol). La santé reste toujours la première attente des consommateurs qui exigent fraîcheur et hygiène, et qui s’inquiètent de la possible présence de résidus toxiques dans leurs aliments – d’où l’engouement pour le bio. Mais les conditions d’élevage arrivent

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Produits laitiers
Lactel lance un lait demi-écrémé baptisé L’Appel des Prés

Le 30 octobre prochain, la marque Lactel lancera un lait demi-écrémé baptisé…

Produits laitiers
Ferme France : « c’est important de communiquer collectivement »

Les Marchés Hebdo : Le 1er mars, Sodiaal a…

Les acteurs de l'agroalimentaire
La filière œufs lance « Œufs de France » et confirme son plan de développement

Le logo Œufs de France a été officiellement lancé hier par l’interprofession, le CNPO, au cours…

Produits laitiers
« Plus la prairie est variée, plus le saint-nectaire est spécifique »

Les Marchés Hebdo : Pourquoi l’AOP Saint-Nectaire a été…