Aller au contenu principal

AOP laitières : « continuer à enrichir nos pratiques »

Michel Lacoste, président du Conseil national des appellations d’origine laitière. © C. Jahnich/Apap

« Aujourd’hui, la préoccupation majeure des Français, c’est de savoir si les vaches sortent, si elles ont accès à un pâturage, car là, ça veut dire moins de stress, une alimentation saine et naturelle et à la fin, un bon produit. » Voilà une nouvelle attente sociétale dont les filières laitières vont devoir tenir compte, selon Véronique Pardo et Noëlle Paolo, de l’observatoire Cniel des habitudes alimentaires (Ocha), intervenant fin septembre à l’assemblée générale du Conseil national des appellations d’origine laitières (Cnaol). La santé reste toujours la première attente des consommateurs qui exigent fraîcheur et hygiène, et qui s’inquiètent de la possible présence de résidus toxiques dans leurs aliments – d’où l’engouement pour le bio. Mais les conditions d’élevage arrivent

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Produits laitiers
Management de bienveillance au Fédou

Produits laitiers

Produits laitiers
Le beaufort part à la rencontre des professionnels

Pour mieux faire connaître les usages de leur fromage, les producteurs de…

Focus produits
La filière Cantal AOP, en quête d’évolution et de revalorisation

L’AOP Cantal fête les dix ans de son décret d’application.

RSE
Tests de simulation : tout le monde a sa chance

La Société fromagère du Massegros recrute actuellement 62 salariés…